Swiss Engineering : Porte-parole des ingénieurs et des architectes

Association professionnelle la plus importante de la Suisse, nous nous engageons pour vous dans des projets, des réseaux et des processus politiques. Nous vous donnons une voix et défendons vos intérêts, par le biais de prises de position politiques ou des représentations dans les commissions.

Avez-vous un réseau qui vous porte ?

En tant que membre de Swiss Engineering, vous faites partie d’un réseau actif de quelque 12 000 ingénieurs et architectes.

Souhaitez-vous échanger avec des professionnels de votre branche ?

Généralement organisés de manière interrégionale ou nationale, les 27 groupements professionnels de Swiss Engineering réunissent des architectes et des ingénieurs d’une même discipline.

S’engager activement ?

En tant que membre de commissions ou du comité, vous pouvez participer activement à l’association et façonner l’avenir de Swiss Engineering.

Intéressé-e ? Devenir membre

Swiss Engineering @Swissbau 2022

Swissbau est reporté au 3-6 mai

Swiss Engineering est partenaire de #SwissbauFocus. Assurez-vous une place :

Les membres de Swiss Engineering reçoivent des billets gratuits pour le salon Swissbau 2022 à Bâle.

Plus d'informations

Etwas mehr Engagement, bitteschön!

Wie jede und jeder zur Verbesserung des Frauenanteils in MINT Fächern beitragen kann.

Erfahren Sie mehr

Votre offre d'emploi chez Swiss Engineering

Notre nouvelle plate-forme de l'emploi rassemble ce qui appartient à l'ensemble.

Vers la plate-forme de l'emploi | Publier une offre d'emploi

Facteurs de réussite pour la recherche d'emploi

Le chasseur de têtes et coach Andreas Koch révèle les cinq facteurs de réussite les plus importants pour une recherche d'emploi ou une réorientation professionnelle lors de l'événement d'impulsion de la trilogie "Tool-Set" des ingénieurs industriels.

Plus d'information

Vernehmlassungs-
antwort zum Mobility Pricing

Mobility Pricing als geeignetes und wichtiges Instrument um die Verkehrslast zeitlich zu beeinflussen und dadurch die Infrastruktur gleichmässiger auszulasten.

Erfahren Sie mehr

Nos manifestations

Vous trouvez toutes les manifestations de nos sections et de nos groupements professionnels ici

 

angle-left Mais, où sont les filles ?
zurück zur Übersicht

Mais, où sont les filles ?

RTS, décembre 2021 - Les femmes ingénieurs sont encore rares dans les entreprises suisses. Ceux qui se penchent sur les causes de ce phénomène découvrent des stéréotypes sexistes et des conditions-cadres qui valent à la Suisse la réputation d'être le pays le plus hostile à la famille en Europe.

À l'école, tout va encore pour le mieux dans le meilleur des mondes. Dans les gymnases suisses, la proportion de filles est d'environ 57%. Depuis une trentaine d'années, les filles sortent de l'école avec la Maturité plus souvent que les garçons. Et les filles obtiennent de meilleures notes – non seulement en art, en religion et en économie domestique, mais aussi en mathématiques et en sciences. Ainsi, depuis 30 ans, les jeunes femmes quittent l'école avec des qualifications apparemment égales pour poursuivre une carrière dans une profession académique, par exemple en tant qu'ingénieur. Mais sur le chemin qui mène de l'école primaire à la profession et enfin aux postes de direction, les femmes « disparaissent » progressivement – un phénomène que les experts appellent le « tuyau percé ».

Un tiers d’étudiantes Bachelor à l’EPFZ

Ce pipeline semble particulièrement fuyant dans les professions d'ingénieur. En 2019, 53,6% des étudiants de première année en Suisse étaient des femmes. Dans les programmes diplômants STEM, cependant, la proportion de femmes n'est que d'environ un tiers. À l’EPFZ, par exemple, elle n'était que de 34% parmi les nouveaux étudiants Bachelor entrant en 2019. Parmi les disciplines enseignées à l’EPFZ, les sciences classiques de l'ingénieur que sont le génie mécanique, l'informatique et l'électrotechnique sont en queue de liste. Les femmes ne représentent que 12 à 20% de l'ensemble des étudiants, selon le programme. « Bien sûr, nous ne pouvons pas nous contenter de cela », déclare la rectrice de l'université, Sarah Springman, dans le magazine « Life » de l’établissement zurichois. « Nous passons à côté de trop de talents féminins. » Dans son « Monitoring de l'égalité » publié chaque année, l’EPFZ cherche les fuites dans le pipeline et les trouve rapidement : « Plus le niveau de carrière académique est élevé, plus la proportion de femmes est faible », résume le rapport. De la licence à la maîtrise, au doctorat et aux postes d'assistants, en passant par les postes de niveau intermédiaire et enfin aux postes de professeurs, les femmes sont de moins en moins nombreuses. Elles représentent 14,3% des professeurs permanents. En dehors des universités, la situation n'est guère meilleure : la part des femmes parmi les ingénieurs professionnels en Suisse est actuellement d'environ 16%.

Les stéréotypes persistent

Comment tant de talents féminins se perdent sur le chemin qui mène de l'école à l'université et à la profession ? La rectrice de l’EPFZ voit une cause principale dans l'image traditionnelle des hommes et des femmes : « Nous devons lutter contre les stéréotypes qui sont ancrés dans l'ensemble de la société. Il existe des domaines professionnels que nous considérons encore comme typiquement féminins ou masculins. »
Ces préjugés ne persistent pas seulement chez les hommes, les femmes elles-mêmes n'en sont pas à l'abri non plus. Une étude de l'Université de Berne, par exemple, a révélé que les jeunes femmes sous-estiment leurs propres compétences mathématiques par rapport aux jeunes hommes et que cela est associé à une préférence moindre pour un avenir professionnel dans le domaine des métiers MINT. Les mesures qui améliorent l'image de soi des jeunes femmes en matière de mathématiques pourraient donc contribuer à lutter contre la pénurie de travailleurs qualifiés dans les professions de la menthe, ont conclu les auteurs.

Le pouvoir du jugement

En mars de cette année, Sarah Springman a discuté de ce sujet avec Iris Bohnet dans le cadre d'un événement en ligne de la « ETH Global Lecture Series ». La Suissesse est professeure et doyenne de la Kennedy School, qui fait partie de l'Université de Harvard. Dans son travail, elle combine des connaissances en économie, en neuroéconomie et en psychologie pour révéler comment des « biais de décision » subconscients manipulent notre pouvoir de jugement. À l'instar de Sarah Springman, Iris Bohnet attribue la persistance des stéréotypes sexistes à l'absence de femmes dans les professions liées aux STIM (scientifiques, techniques, ingénierie ou mathématiques). Elle déclare : « Il est vraiment difficile de faire tomber les préjugés. Et beaucoup de préjugés se sont glissés dans nos organisations. » C'est pourquoi, selon elle, il n'existe pas d'arme universelle permettant d'éradiquer le problème. La professeure de Harvard constate des progrès en matière d'égalité, notamment dans le système éducatif : « Les choses changent, mais lentement, dit-elle. Pendant trop longtemps, dit-elle, l'égalité a été considérée comme un bien de luxe plutôt que comme une nécessité. »

La famille et la carrière sont difficiles à concilier

Les préjugés à l'école, dans les études ou au travail, sont une chose. On peut douter qu'ils suffisent à expliquer la fuite particulièrement importante dans le pipeline à la transition entre les études et le travail dans ce pays. Car la Suisse continue de rendre difficile la conciliation entre famille et carrière pour les jeunes femmes. Pas plus tard qu'en août, « Der Spiegel » s'est penché sur le thème de « l'accueil des enfants en Suisse » et a constaté que « l’Helvétie est l'un des pays les plus hostiles aux familles en Europe ». Le magazine d'information allemand n'est pas tout à fait seul dans cette appréciation : selon une étude publiée il y a deux ans par l'Unicef, le Fonds des Nations unies pour l'enfance, la Suisse est le pays où les conditions-cadres sont les plus hostiles à la famille parmi les 31 États européens membres de l'OCDE. L'étude s'est toutefois contentée d'examiner quelques critères : les congés de maternité et de paternité qui n'étaient pas encore ancrés légalement en Suisse à l'époque, ainsi que les services d'accueil pour les enfants non encore scolarisés.

« Pas suffisamment de congés parentaux »

Dans ce contexte, certains experts partagent le point de vue du Spiegel et de l'Unicef. « Nous n'avons pas suffisamment de congés parentaux et les frais de garde sont trop élevés », explique par exemple Gesine Fuchs, chercheuse en égalité des sexes de Lucerne, dans une interview publiée sur le site de la Haute école spécialisée de Lucerne (HSLU). Interrogée sur les raisons, la professeure n'a pas peur de parler franchement : « La Suisse est un État-providence conservateur-libéral. L'image socialement ancrée est la suivante : l'enfant appartient à la mère et dans la famille, tout est question de responsabilité personnelle, la famille est une affaire privée. »

 

L'auteur: Hendrik Thielemann
Source d'image: ETHZ / A. Della Bella
L'article de la RTS: décembre 2021

A propos de Swiss Engineering
Swiss Engineering UTS est l'association professionnelle suisse des ingénieurs et des architectes. Elle dispose d'un vaste réseau interprofessionnel, y compris au-delà des frontières. L'association professionnelle s'engage pour les intérêts de la profession dans la politique, l'économie, la science et la société. Swiss Engineering encourage la formation et la formation continue, met en réseau les jeunes ingénieurs et architectes expérimentés et propose des plates-formes d'information et d'échange professionnelles et pratiques. Plus d'informations sur www.swissengineering.ch.